Décès de « Jo » Djivélékian

Emporté par la pandémie liée au COVID-19, Joseph Djivélékian nous a quittés dans la nuit de jeudi à vendredi (2-3 avril 2020), à l’âge de 91 ans*.
Figure emblématique de la vie politique et sociale du département de l’Essonne, cet ancien dessinateur industriel avait débuté sa carrière professionnelle au Centre de recherche du Bouchet (CRB), à Vert-le-Petit, en 1951.
Militant infatigable de la cause ouvrière, il se lance dans un engagement syndical et politique en 1957, en créant la section syndicale CFTC au sein du CRB. C’est le début d’un très long militantisme au sein de l’action catholique ouvrière. Viendra ensuite, le temps de ses premières armes en politique, en remportant les élections municipales de 1983 à Vert-le-Petit sous l’étiquette du Parti socialiste.
Elu maire jusqu’en 1989, « Jo » œuvre sans relâche pour la cause des personnes handicapées et âgées. Président du comité départemental de l’association des Papillons blancs, durant près de deux décennies il portera le projet de la réalisation de la Maison d’accueil rurale pour personnes âgées (Marpa) de Vert-le-Grand devenue aujourd’hui la résidence pour personnes âgées autonomes « Les grillons ».

La cérémonie de crémation se déroulera dans la plus stricte intimité familiale, mais un hommage public lui sera rendu à l’issue de la période de confinement.

Les membres du Conseil d’Administration de l’association « Les Poudriers d’Escampette », et tous ses adhérents, présentent leurs sincères condoléances à ses enfants et aux membres de sa famille.

Nota : informations extraites du Républicain du samedi 4 avril 2020

3 réflexions sur « Décès de « Jo » Djivélékian »

  1. Gondouin

    Jo était un militant important, que j’ai eu plaisir à côtoyer. Les échanges que nous avions étaient toujours très riches.
    Je pense à sa famille et surtout à ses enfants et petits enfants à qui j’adresse mes sincères condoléances
    Bernard Gondouin

    Répondre
  2. becuwe

    J’ai rencontré Jo à mon arrivée au CRB en 1969. Bien que salarié de la SEBC, il dirigeait la section syndicale CFDT commune aux deux établissements. Sympathique, cordial mais retors, nous avons gardé pendant des années des relations cordiales malgré nos divergences syndicales.
    Je ne connaissait pas sa famille, mais je lui présente néanmoins mes sincères condoléances en souvenir du militant convaincu qu’il était.
    A. BECUWE

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.