Décès de Jean-Yves Canihac

Nous venons d’apprendre avec tristesse le décès brutal de Jean-Yves Canihac, survenu le 5 avril 2017, à l’âge de 71 ans.
Ingénieur électronicien, il a fait une grande partie de sa carrière dans le Groupe SNPE (de 1969 à 2004). Il a commencé sa carrière en tant que scientifique du contingent, au Service des Poudres à Saint-Médard, puis il a été responsable des activités essais sur moteur. Il a été syndiqué à la CFDT, et avait déjà une fibre sociale et humaine importante. Ensuite, il a eu de nombreuses fonctions à hautes responsabilités : responsable RH de l’Etablissement de Saint-Médard, directeur de l’usine de Vonges, directeur du Centre de Recherches du Bouchet, PDG de Nobel Explosifs France, et DG de Pyroalliance.
Il a ensuite rejoint le Groupe EPC (Explosifs et Produits Chimiques), pour diriger en 2004, Nitrochimie. En 2005, il est nommé Président du SFEPA (Syndicat des Fabricants d’Explosifs, de Pyrotechnie et d’Artifices), poste qu’il a occupé jusqu’en 2012.
Ces dernières années, il était membre du Conseil d’Administration de l’AF3P, où il était Vice-Président “Histoire & Patrimoine”.

Quelle que soit la fonction qu’il ait occupée, il a toujours été apprécié pour ses qualités humaines et ses compétences. Par ailleurs, il était très fier d’être le père de 4 filles, et le grand-père de 8 petits enfants.
Ses obsèques auront lieu le vendredi 14 avril à 11 h, à l’église Sainte Geneviève, 130 rue Bertrand de Got, à Bordeaux.
Les poudriers d’Escampette adressent à ses enfants et à toute sa famille l’expression de leurs plus sincères condoléances.

2 réflexions sur « Décès de Jean-Yves Canihac »

  1. NONIE Philippe

    Je suis extrêmement triste d’apprendre son décès.
    Nous avons été voisins à St Médard-en-Jalles durant des années.
    Quand j’étais jeune, je me rappelle encore de ses ballades dans la rue avec son épouse qui était atteinte de la sclérose en plaques et qui était en fauteuil roulant. C’était un couple toujours courtois, toujours aimable lorsque je passais devant chez eux.
    Je l’avais revu à l’Ecole Militaire à Paris en octobre 2016 où j’intervenais sur les travailleurs indochinois à la poudrerie de Bergerac de 1915 à 1918.
    Il avait lu mon roman “Le murmure des attentes” et souhaitait une intervention de ma part. Nous avions convenu de nous retrouver pour les Journées Paul Vieille en 2018. Ce ne sera malheureusement pas le cas.
    Je suis content d’avoir pu le revoir une dernière fois avant sa disparition brutale. Je garderai de lui ces dernières images, ces derniers échanges, sa demande de participer aux journées Paul Vieille après avoir lu mon roman.
    C’était un type bien, vraiment, sa mort m’a beaucoup affecté.
    Je m’associe à toutes celles et tous ceux qui garderont de lui un très beau souvenir et présente mes sincères condoléances à sa famille
    Philippe NONIE

    Répondre
  2. Serge DI DOMIZIO

    Pour avoir travaillé directement avec lui, je confirme toutes les qualités qui lui sont reconnues et me joints à vous pour exprimer ma tristesse et mes condoléances à sa famille.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.